Sur Tinder, ces dames sont harcelees et les hommes invisibles

Deux journalistes ont echange leurs roles pour comparer l’experience des femmes et des hommes heteros sur Tinder. C’est 2 poids deux mesures…

Tout reste parti d’une discussion en famille heteros de sexe oppose.

Tinder, c’est pire si l’on est votre homme ou une femme ?

Pour la savoir, deux journalistes ont echange des roles Afin de une enquete passionnante, publiee votre 26 juillet via l’univers.

Tinder : pire Lorsque l’on reste 1 homme ou une femme ?

En mars dernier, Judith Duportail a publie L’amour sous algorithme, le service d’une enquete de plusieurs annees dans la maniere dont Tinder fonctionne.

Elle y met notamment a jour des mecanismes sexistes qui rendent « moins desirables » les femmes ayant plus de diplomes, et le caractere hautement addictif de l’appli.

Quelques mois apri?s, une conversation avec son confrere Nicolas Kayser-Bril, datajournaliste, lui a donne le desir de pousser plus loin l’experience.

Il lui affirme qu’il est beaucoup plus complique Afin de 1 homme que Afin de une femme de degoter l’amour sur l’appli. Elle crois le contraire.

Pour determiner si les recherches heterosexuelles sont plus faciles du cote des hommes ou du cote des dames, les deux journalistes ont crees de faux profils en se faisant passe pour le sexe oppose.

Sur Tinder, les femmes ultra-sollicitees, nos hommes delaisses

Les resultats n’ont pas tarde a tomber.

Alors que Judith Duportail a soigne le profil realiste d’homme « attirant, mais nullement trop », ses matchs se comptent sur les doigts d’une main et personne ne repond a ses messages.

Du cote de Nicolas Kayser-Bril, l’experience est bien differente. Son profil feminin a un ecran noir en guise de photo mais il est pourtant assailli de demandes…

« Ca ne fait que 2 heures, et pourtant, je ne peux plus supporter les gars ! »

Tant reste si bien que le journaliste supprime le compte avec le sentiment d’avoir ete harcele.

Au long de un enquete, le duo a mene une etude empirique dans un echantillon de profils de trentenaires urbains. Resultat : « le taux de succes moyen d’une soeur reste de 50%, et celui d’un homme de… 2% ».

Doit-on en conclure que les hommes sont des morts de faim et les femmes des reines de glace pointilleuses ?

Selon l’article, une telle difference de comportements va au-dela des stereotypes de genre en matiere de drague.

Sur Tinder, pourquoi une telle difference entre jeunes femmes et hommes ?

Cette inegalite trouverait aussi sa source au sein des strategies des applis, comme l’explique Mark Brooks, PDG d’une agence de conseil qui possi?de principalement travaille avec OKCupid et Plenty of Fish :

« J’ai responsabilite des applications de dating est http://besthookupwebsites.org/fr/rencontres-lesbiennes immense. L’architecture de ce application influence la facon dont les utilisateurs s’y comportent. »

Sur Bumble notamment, une appli creee via Whitney Wolfe Herd, ancienne de l’equipe Tinder, ce sont ces dames qui doivent envoyer le premier message.

Selon celle-ci, votre systeme va permettre de reduire le nombre de messages agressifs et vulgaire recues par les candidates a l’amour.

« C’est ce contexte, ou les hommes doivent attirer a tout tarifs l’attention des dames qui recoivent des dizaines de messages par jour, qui fera que certains deviennent agressifs.

Le rejet cree de l’obsession et l’obsession cree une violence. »

Sans excuser le comportement des utilisateurs, l’enquete souligne la responsabilite des applis de rencontres dans l’elaboration d’un contexte plus ou moins hostile Afin de ces dames, en favorisant ou non le sentiment de rejet des hommes.

Frustrer des hommes sur Tinder Afin de les faire payer

Oui, les trucs pourraient etre diverses.

Cite dans l’enquete, le philosophe Joe Edelman, proche du Centre Afin de une technologie humaine, souligne un desequilibre structurel :

« ces dames savent que quand elles « likent » votre profil, depuis de fortes chances qu’elles soient « likees » en retour. […]

Elles deviennent En plus qui plus est severes dans leur jugement, avec tres minimum d’informations a un disposition, ce qui les pousse a des jugements superficiels.

Les hommes feraient pareil dans leur situation. »

Sauf que si les hommes etaient de l’autre cote en barriere, ils n’acheteraient plus les options payantes comme Tinder Boost ou Tinder Gold pour obtenir environ matchs.

Jean Meyer, PDG de l’application Once, soupconne meme Tinder de penaliser 1 profil masculin ayant du pouvoir d’achat pour le pousser a souscrire a ces options, ainsi, lui procurer « un sentiment de gratification instantane des qu’il se met a payer ».

Triste business model qui se nourrit en frustration des celibataires… L’enquete, passionnante, reste a lire dans son integralite sur individu.

Et toi, quelle reste ton experience des applis de rencontres ? T’es-tu deja sentie harcelee dans Tinder ?

  • Partager
  • Partager
  • Partager
  • Partager
  • Partager
  • Amour
  • Application
  • Site de retrouve

Mes Commentaires

par rapport au “succes” des femmes par rapport a celui des hommes sur Tinder, reste votre que ca n’aurait nullement un rapport avec la qualite des profils proposes ?

en revenant juste sur votre detail, si effectivement depuis bon nombre plus d’hommes que de femmes inscrits, (75/25 c’est enorme je chope) c’est clairement votre desavantage pour des hommes qui seront noyes avec les autres. Au point de creer des bots femmes, c’est assez grave. Apres tel il fut devoile, si la majorite des messages masculins, c’est des messages bidons, c’est sur que c’est pas une bonne chose, a fortiori si on part du principe, tel tu le dis, que les femmes s’appliquent plus que les hommes et qu’un homme aura plus de chance de recevoir un message serieux qu’une femme, donc. C’est vrai qu’en s’appliquant, ca parait logique d’avoir plus de matchs (quitte a aller voir 1 photographe professionnel si le physique ne donne nullement l’impression de illuminer). Aussi, la remarque sur le comportement derriere claque de mettre des likes est en effet sensee.

Apres, J’me souvenais d’un truc c’est que les sites de rencontre etaient gratuits pour les femmes et payants pour des hommes. Je sais gui?re trop si de nombreuses sites sont encore comme ca. J’imagine que votre simple politique commerciale est a l’origine de beaucoup de frustration chez plusieurs de ces derniers, qui au passage, doivent se dire que puisqu’ils payent le blog, un certain retour leur reste du. Ca aussi ca peut etre un autre probleme.